Accueil > COOPERATION > Internationale > REELCOOP : REnewable ELectricity COOPeration

REELCOOP : REnewable ELectricity COOPeration

Participation du CDER au Projet de l’Union Européenne FP7 REELCOOP (REnewable ELectricity COOPeration)

Jusqu’à présent 1,2 milliard de personnes (17%) vivent sans électricité, avec 2/3 dans les zones rurales d’Afrique et d’Asie. Depuis 1990 les progrès ont été modestes, et dans le but de parvenir à l’objectif de " l’électricité pour tout le monde " d’ici 2030, le taux d’expansion de l’accès à l’électricité doit doubler. Dans les pays développés la demande d’électricité est supérieure à l’offre et les prix augmentent à des taux élevés.Globalement, seulement 18 % de l’électricité provient de sources renouvelables (20 % dans l’UE). REELCOOP (Renewable Electricity Cooperation) est un projet financé par l’Union Européenne dans le cadre des programmes (EU/FP7) visant à développer des technologies de production d’électricité à partir de sources renouvelables et promouvoir la coopération entre les pays partenaires de l’UE et les pays partenaires méditerranéens. Ce projet a débuté le 1er Septembre 2013 et durera 4 ans.

Le projet REELCOOP non seulement améliorera les connaissances dans le domaine de la génération d’électricité renouvelable, mais impliquera plusieurs partenaires méditerranéens pour le test des systèmes développés par diverses organisations européennes. Ceci aura pour résultatl’accroissement et l’amélioration de la coopération scientifique entre l’UE et les pays de la région MENA. Les systèmes de production d’électricité qui seront mis au point, devront être aussi validés sur les plans économiques et environnementaux. L’intégration dans le réseau électrique des différentes énergies et solutions technologiques sera aussi examiné et développé.

Objectifs du projet REELCOOP

- le développement, la construction et l’essai d’un système photovoltaïque (avec façades ventilées) intégré au bâtiment, d’un système hybride (solaire / biomasse) de micro-cogénération, et d’une mini installation hybride (concentration solaire / biomasse végétale).
- l’organisation annuelle d’ateliers sur les technologies de l’électricité renouvelable ouverts aux jeunes chercheurs et au public. Le premier workshop organisé par REELCOOP sur les technologies de production d’électricité d’origine renouvelable, a eu lieu le 11 avril 2014 à Rabat. Le second workshop sera organisé par le CDER aura lieu à Alger en 2015 et aura pour thème la génération d’électricité d’origine renouvelable basée sur une approche distribuée.
- le transfert de technologie et la diffusion des connaissances sur les technologies développées dans le cadre du projet.

Description des technologies et prototypes du projet REELCOOP

Différentes approches existent pour la production d’électricité à partir des sources d’énergies renouvelables : la production décentralisée (distribuée) grâce à des systèmes de petite puissance et la production centralisée par le biais d’installations de grande puissance.Dans le cadre du développement de technologies destinées aux systèmes centralisés et distribués, trois prototypes innovants seront parallèlement développés et testés :
- Système photovoltaïque à façade ventilée : Le premier prototype est un système photovoltaïque intégré au bâtiment (BIPV), sa capacité de production électrique est de 6kW et sera testé en Turquie. Il s’agit donc d’un système de type distribué (décentralisé).

Figure 1. Système photovoltaïque à façade ventilée

- Système ORC hybride solaire / biomasse (Figure 2) : Le second prototype est un système hybridecombinant des collecteurs thermiques solaires avec une installation auxiliaire (biomasse) pour produire de l’électricité et de la chaleur. La partie puissance est basée sur le cycle de Rankine (ORC : Organic Rankine Cycle). Le prototype est destiné à produire 6 kW et sera classé dans la catégorie des systèmes décentralisés. Les tests de ce prototype seront effectués au Maroc.

Figure 2.Système ORC hybride solaire / biomasse

- Système hybride à concentration solaire (CSP) / biomasse (Figure 3) : Le prototype développé combinera les énergies obtenues à partie des ressources renouvelables solaires et bioénergétiques. Les systèmes à concentration solaire (CSP) font partie des solutions technologiques les plus prometteuses pour les productions centralisées d’électricité. Les tests d’un prototype de type centralisé 60 kW seront menés en Tunisie.

Figure 3. Système hybride à concentration solaire (CSP) / biomasse

Rôle du CDER dans le projet REELCOOP

Le premier aspect de la contribution du CDER dans le cadre du projet REELCOOP est l’analyse de l’intégration au réseau de l’électricité produite par des systèmes solaires PV et thermiques décentralisés ainsi que par des systèmes solaires centralisés hybrides (thermique et biomasse). Le second objet de la participation du CDER concerne l’étude d’impact sur le réseau de la massification ainsi que les synergies des solutions décentralisées et centralisées de production d’électricité renouvelable dans les pays partenaires méditerranéens. Le troisième volet de la participation du CDER porte sur la dissémination des connaissances et des résultats du projet, notamment par l’organisation du second workshop REELCOOP.


Dans la même rubrique

  • Le projet COMpétence Projets Européens REseau Averroès dont l’acronyme COMPERE-Averroès est un projet régional structurel qui vise les priorités nationales et la priorité régionale de Développement des relations internationales des 3 pays du Maghreb, Algérie, Maroc, Tunisie. Il implique dans chaque pays (...)
  • Le contexte Les pays Maghreb sont en situation d’avantage concurrentiel naturel en ce qui concerne la production d’énergie à partir de sources renouvelables. L’utilisation d’énergie solaire est une opportunité pour ces pays de couvrir leurs propres besoins, croissants, en énergie tout en générant des (...)
  • Le bassin Méditerranéen mobilise plus que jamais la recherche internationale. La région méditerranéenne est en effet considérée comme l’une des plus sensibles du globe aux conséquences du réchauffement du climat. Les scientifiques s’attendent à y observer une radicalisation des conditions météorologiques, (...)